Les 4 Bonnes Raisons de Choisir un Bureau Assis Debout Réglable en Hauteur

En France, le Bureau Assis Debout est encore loin d’être connu. Selon le baromètre ACTINEO de 2015,  les salariés français sont 39% à connaitre l’existence des Bureaux Assis Debout, et seulement 15% d’entre eux ont eu au moins une fois l’occasion d’en utiliser

Pourtant dans les pays scandinaves et en Amérique du Nord, les taux d’équipement de bureaux Assis Debout sont supérieurs à 80%.

Considérés à tort par certains comme un gadget, les bureaux Assis Debout permettent pourtant de gagner en efficacité au travail en offrant un impact positif sur la santé physique et mentale.

Ils contribuent à une nouvelle forme d’organisation du poste de travail et se présentent comme une solution efficace pour lutter contre les méfaits de la sédentarité et accroître la qualité de vie au bureau.

 

1. Le constat : Être assis n’est pas bon pour la santé

A. Qu’est-ce que la sédentarité ?

Il existe un état de fait souvent oublié dans nos rythmes de vie actuels. Le corps humain est fait pour bouger, et c’est en étant en mouvement qu’il fonctionne le mieux. Or, nos sociétés et nos conditions de vie actuelles nous amènent à être de plus en plus sédentaire.

Le mot "sédentaire" vient du latin "sedere", qui signifie "être assis".

Il existe plusieurs définitions de la sédentarité. Mais nous en retiendrons une à savoir que la sédentarité est une situation d'éveil qui se caractérise par une très faible dépense d’énergie durant une journée.

Ainsi, il faut savoir que pendant une journée de 24 heures, nous avons 16 heures de situation d’éveil, si nous dormons les fameuses 8 heures de sommeil recommandées.

Pendant ces 16 heures d’éveil, nous pratiquons diverses activités comme le fait de travailler, de se déplacer, de manger, de se détendre ou de s’amuser.

Ces activités sont physiques car elles sollicitent notre corps. Ceci étant la plupart de ces activités ne dépensent pas l’énergie nécessaire pour le bon fonctionnement de notre organisme ainsi que celui de notre cerveau.

Selon l'Observatoire National de l'Activité Physique et de la Sédentarité, nous passons 80% de ces 16 heures passées en position assise, et ainsi nous avons des dépenses d’énergie très faible. C’est bien ce que l’on appelle la sédentarité.

Que ce soit lié à un manque de temps des activités sportives ou à des comportements au cours des activités professionnelles et domestiques, la sédentarité est un phénomène qui s’accélère

B. Quelles sont les causes de la sédentarité ?

A l’origine, l’homme est un animal itinérant ; les célèbres chausseurs-cueilleurs qui parcouraient le monde pour se nourrir. Une nouvelle publication scientifique synthétisée dans un article de Sciences et Ethique a démontré que l’homme est devenu sédentaire il y a plus de 15 000 ans. La sédentarité est donc loin d’être nouvelle.

Ceci étant, il existe selon l’Organisation Mondiale de la Santé des causes qui ont accélérées et continuer d’accélérer le phénomène de sédentarité. A tel point que c’est devenu un danger pour la santé de la population mondiale et les membres de l’OMS ambitionnent de réduire de 10% la sédentarité d’ici 2025.

Les causes de la sédentarité, qui contribuent à réduire considérablement l’activité physique, sont nombreuses. Toujours selon l’OMS, l’environnement des individus et notamment l’urbanisation croissante sont les raisons principales de la sédentarité car les individus se découragent de pratiquer une activité physique.

Dans l’environnement de vie, on compte l’augmentation de la violence qui décourage de sortir de chez soi. Mais également, l’augmentation de la pauvreté qui ne permet pas d’avoir les revenus nécessaires à pratiquer une activité sportive. La forte densité de la circulation qui entraîne par voie de conséquence à des modes de transports « robotisés », et dégrade la qualité de l’air par la pollution. En complément, l’absence ou le faible nombre de parcs dans les milieux très urbains, ainsi le manque d’installation sportive et/ou de loisirs.

Tous ces facteurs contribuent à modifier les comportements des individus qui tendent dangereusement vers une forte sédentarité. 

C. Quels sont les comportements sédentaires les plus fréquents ? 

Si l’on passe 80% de nos 16 heures d’éveil en position assise, c’est parce que le monde qui nous entoure impacte nos comportements et les amène à être de plus en plus sédentaire.

Nous comptons parmi les comportements les plus sédentaires, le fait d’être assis à son poste de travail. Les récents événements liés à la pandémie de COVID 19 qui ont nécessitaient un confinement et donc, une sédentarité forcée, ont diminué considérablement l’activité physique des français.

L’explosion du télétravail, obligatoire en cette période de confinement, a prouvé à ceux et celles qui ont pu le pratiquer, que sans activité physique complémentaire (Rappelons que les déplacements étaient limités à des motifs restreints et que l’activité physique extérieure était limitée à une heure seulement), l’état de santé des individus s’est dégradé en raison d’un déconditionnement musculaire et d’une prise de poids (En moyenne 2,5kg par individu).

Hors période de confinement, les déplacements motorisés sont un facteur aggravant de la sédentarité. Tout d’abord, il y a la voiture.

Selon une étude de Euro Car Parts publiée en 2018, les Français passent en moyenne 3H30 par semaine dans des engins motorisés durant les trajets domicile/lieu de travail.

Et la voiture reste la préférence des Français puisque 8 travailleurs sur 10 utilisent une voiture pour se rendre sur leur lieu de travail. Mais il est entendu qu’il existe une disparité des modes de transport selon la région française dans laquelle nous habitons. Par exemple, les franciliens passent plus de temps dans les transports en commun compte tenu de la densité du trafic routier notamment.

L’émergence des trottinettes, appréciées pour leurs bénéfices de liberté, de facilité voire leur impact moindre sur l’environnement, ne favorise pas l’activité physique de leurs utilisateurs. Selon les éléments d’une récente étude, il semblerait d’ailleurs que la distance moyenne parcourue par les utilisateurs de trottinettes est de 2,5 km. Si une marche rapide est de 6 km par heure, cela veut dire que les trottinettes nous font perdre 25 minutes de marche, et donc d’activité physique.    

Autre comportement sédentaire prépondérant, c’est le temps allongé. Que ce soit pour lire ou regarder la télévision. Le Centre observatoire de la Société nous informe que plus de 60% de la population française passe du temps à regarde la télévision au moins 4 soirs par semaine. Ce qui représente plusieurs heures par jour devant l’écran de télévision (d’autant que la durée des films augmente de plus en plus allant parfois jusqu’à plus de 2 heures). Ce temps passé devant la télévision est souvent corrélé à la tranche d’âge que nous occupons ; les seniors peuvent y consacrer plus de 5 heures par jour (la retraite favorisant certainement cette durée) alors que les jeunes de 15 à 34 ans y passent en moyenne 1H43 par jour.

Notez que nous n’évoquons pas ici le temps passé devant les écrans digitaux, à surfer sur le Web et les réseaux sociaux.

Ces comportements sédentaires ont pour conséquence principale que nous sommes en position assise la grande majorité de notre temps et donc dans une posture fixe dont l’amplitude de mouvement est très faible. Ce qui n’est pas sans impact sur la santé et notamment en termes de maladies chroniques. 

D. Quelles sont les conséquences de la sédentarité pour la santé ?  

Si aujourd’hui de nombreux états s’alarment sur l’augmentation de la sédentarité, c’est parce que l’enjeu de santé est primordial, tant pour la qualité de vie de leurs habitants que pour l’enjeu économique que cela représente. En effet, la sédentarité est responsable des plus de 35 maladies chroniques. Elles représentent un coût abyssal pour les dépenses de santé publique.

Il est entendu que les maladies chroniques présentées ci-dessous peuvent avoir des origines multifactorielles. Ceci étant, l’état de sédentarité accélère et aggrave ces maladies chroniques.

a. Douleurs lombaires

Les douleurs lombaires sont souvent définies par ce que l’on appelle les TMS, à savoir les Troubles Musculosquelettiques. On parle le plus souvent de lombalgie, c’est-à-dire de douleurs situées dans le bas du dos.

On parle ainsi de mal de dos. Le mal de dos est le fameux mal du siècle car il touche toutes les tranches de la population et s’aggrave en fonction de la fréquence de certains mouvements voire de l’absence de mouvement.

Ces douleurs s’installent progressivement par une position de travail qui ne répond pas à des critères ergonomiques évidents.

Lorsqu’elles sont trop importantes, on parle de douleurs aiguës qui peuvent être invalidantes et sont la première cause d’arrêts maladies en France.

Comme indiqué précédemment,il existe bien évidemment plusieurs causes aux lombalgies, mais la position assise prolongée est considérée comme un facteur déclencheur et aggravant. C’est pourquoi il est recommandé de se lever régulièrement durant la journée. 

b. Perte de masse musculaire

Le confinement lié à la pandémie de COVID 19 a été la preuve pour de nombreux Français que l’absence d’activité physique entraîne une perte de tonicité musculaire.

De façon inéluctable, nous sommes tous sujets à ce que l’on appelle la sarcopénie, à savoir la perte de masse musculaire. C‘est une perte progressive et généralisée de notre masse musculaire. Elle nous touche du fait du vieillissement du corps. 

Il est à noter qu’à partir de 30 ans, notre masse musculaire diminuer en moyenne de 1% par an et que le phénomène s’accélère à partir de 50 ans.

Lorsque la perte de masse musculaire est avérée, il y a une perte des fonctions musculaires. Les fibres sont atrophiées et la force de résistance est affectée entraînant ainsi une baisse de la performance physique de l’individu.

Au quotidien, cela se traduit part une diminution des capacités à effectuer des tâches motrices durant l’activité physique quotidienne. C’est donc une perte de motricité évidente, réduisant ainsi la qualité de vie et l’autonomie, augmentant par ailleurs le risque de chute et de déséquilibre. Ainsi, la menace de facture est donc plus importante.

c. Surpoids

Le surpoids se mesure facilement, grâce au calcul de l’IMC, c’est-à-dire l’Indice de Masse Corporelle. Pour cela, il suffit de diviser son poids en kilo par sa taille en mètre, le tout au carré. Si votre IMS est compris entre 25 et 29,9, on parle de surpoids. Lorsque l’IMC dépasse 30, on parle d’obésité. Au-delà de 40, il s’agit d’obésité morbide. 

Le surpoids est un excédent de masse graisseuse dans le corps. Il trouve ses origines dans un régime d’alimentation trop riche et l’absence d’activité physique.

La principale conséquence du surpoids, et notamment de l’obésité est la réduction de l’espérance de vie.

Selon AMELI, la France comptait en 2015, 54% d’homme contre 44% de femmes en situation de surpoids ou d’obésité. C’est en synthèse la moitié des Français qui souffrent de cette maladie chronique qui est la cause de nombreuses complications physiques, comme les maladies cardiovasculaires, les diabètes, les apnées du sommeil, et même certains cancers).

Il ne faut pas oublier qu’il y a également des complications phycologiques, notamment une baisse de l’estime de soi, du fait du regard des autres souvent alterné par les dicktas de la mode et des industries de l’image. 

d. Hypertension artérielle

Selon la Fédération Française de Cardiologie, l’hypertension artérielle communément nommée HTA, est qualifiée de maladie "silencieuse", car elle ne présente pas de symptôme visible ni même de signe particulier.

Et pourtant, elle est le premier facteur des risques de maladies cardio-vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux, les AVC.

Elle se définit par une tension artérielle de 140/190MMHG. C’est une maladie typique des pays développés, notamment en raison des modes de vie très actifs et d’une mauvaise hygiène de vie, conséquence de la surconsommation alimentaire et du manque d’activité physique.

Aussi, la sédentarité fait partie des facteurs de risque cardio-vasculaires et contribue à favoriser l’hypertension artérielle.

Pour la prévenir et la combattre, il faut passer parfais par un traitement médicamenteux et un changement radical d’hygiène de vie.

Selon la Fédération Française des Diabétiques, l’hypertension artérielle peut se traiter sans médicament en changeant son alimentation et en pratiquant une activité physique régulière. 

e. Troubles de la circulation sanguine

Les troubles de la circulation sanguine se caractérisent par une mauvaise circulation sanguine ; il s’agit donc d’une insuffisance veineuse qui trouve son origine dans un retour veineux de sang de mauvaise qualité.

Souvent localisé dans les membres inférieurs, ce type d’affection est très fréquente des pays industrialisés.

En 2014, les maladies de l’appareil circulatoire provoquent 136,2 milliers de décès en France selon les chiffres de l’INSEE parus en 2018.

Parmi les symptômes les plus connus, on note la sensation de jambes lourdes, les fourmillements, les crampes musculaires nocturnes, les œdèmes qui provoquent des gonflements au niveau des mollets, des chevilles ou des pieds, l’apparition de petites varicosités ou de varices sur les jambes qui peuvent nécessiter une intervention chirurgicale selon la gravité et l’eczéma au niveau des varices qui provoquent des démangeaisons voire des infections.

Il convient de rappeler que la grande majorité des ulcères est d’origine vasculaires puisque 80% d’entre eux sont des ulcères veineux.

Il existe plusieurs causes aux troubles de la circulation sanguine, comme les vols en avion, la pratique de certains métiers qui nécessitent de rester debout toute la journée comme les coiffeurs, les infirmiers ou encore les serveurs.

Bien entendu, une mauvaise hygiène de vie provoque ce type de pathologie à savoir les excès de poids, le tabagisme et bien sûr la sédentarité. 

C’est pourquoi, il est recommandé de pratiquer une activité physique afin de créer un phénomène de pompe musculaire en augmentant la puissance des muscles et ainsi, en favorisant le retour veineux. 

f. Troubles digestifs / Cancer du côlon-rectum

Parme les principaux troubles digestifs, il y a les brûlures d’estomac ou reflux gastro-œsophagien, la diarrhée, la constipation ou encore les ballonnements. Ce sont des troubles assez bénins, si l’on prend la peine de modifier ses habitudes de vie comme l’arrêt du tabac et de l’alcool, la diminution du stress et de la fatigue, le port de vêtements amples (les vêtements trop serrés sont à proscrire) et bien évidemment pratiquer une activité physique qui permet notamment de rétablir le transit en cas de constipation.

Malheureusement, si les troubles sont récurrents et persistent, il convient de consulter un médecin car le risque de cancer du côlon-rectum existe réellement.

A ce titre, l’Institut National du Cancer informe que la France est un pays dont le taux de cancer du côlon-rectum est très élevé, et il fait partie des 3 cancers les plus fréquents. Chaque année, ce sont près de 45 000 personnes qui décèdent des suites de ce type de cancer. 

Face à ce constat, il est indispensable de prévenir ce risque en prenant l'habitude d'une hygiène de vie saine.  

 

2. Le Bureau Assis Debout, une solution non médicamenteuse

Face aux conséquences désastreuses de la sédentarité, le bureau Assis Debout se présente comme une solution non médicamenteuse pour prévenir de ces méfaits. C’est en permettant d’alterner les positions de travail, c’est-à dire en passant de la position assise à la position debout et vis-versa, que le bureau Assis Debout contribue à la pratique d’une activité physique quotidienne.

Comme indiqué préalablement, les maladies chroniques citées préalablement ont des causes plus ou moins similaires. La sédentarité se retrouve dans toutes ces maladies. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le corps médical préconise la pratique d’activité physique pour prévenir et diminuer ces maladies chroniques.

A usage régulier, le bureau Assis Debout apporte un réel bénéfice sur la santé, puisqu’il contribue à augmenter l’activité physique de ses utilisateurs.

Face à nos écrans, notre position assise met à mal notre organisme, d’autant que nous y passons beaucoup de temps. Il est vrai que depuis nos fauteuils, nous effectuons de nombreuses tâches qui nous sont nécessaires à la gestion de la vie courante telles que les courses en ligne, les demandes ou obligations administratives, la consultation et gestion des comptes bancaires, l’organisation des vacances, les échanges avec son ou ses réseaux, etc. Et bien entendu, la part importante de productivité liée aux missions de travail (Tableur Excel, Word, Powerpoint, etc.).

Ainsi, face à ces nombreuses heures accumulées devant son écran, il est entendu que le principal bénéfice d’un bureau Assis Debout est d’éviter de rester en assis trop longtemps.

Le fait de se mettre debout est une activité de faible intensité, mais qui contribuent à mettre le corps en mouvement. Cela ne remplace pas une activité sportive. Mais, cela se rapproche à l’activité physique de marche. Lorsque l’on marche, ne serait-ce que 20 à 30 minutes par jour, notre corps comptabilise cette démarche comme une activité physique suffisante pour l’entretenir.

Le fait de se mettre debout en travaillant ou bien de réaliser quelques pas de marche par jour est considéré comme une activité physique.

Le travail debout et la marche sont des pratiques qui ne nécessitent pas de compétences ou prédispositions physiques particulières. Elles sont à la portée de toutes les segments de la population : hommes, femmes, enfants, adolescents et seniors. 

Ces types d’activité physique sont indispensables tant pour le corps que pour l’esprit. Un "mieux-être" pour un "mieux vivre" et inversement un "mieux vivre" pour un "mieux-être".

Comme indiqué précédemment, pratiquées de façon régulière, elles améliorent considérablement les fonctions cardiovasculaires, les fonctions respiratoires, réduisant ainsi les risques liés à des AVC et/ou des infarctus. Elles permettent d’augmenter la densité osseuse, de contribuer à la baisse de la tension artérielle ainsi que celle du taux de cholestérol.

Il faut rappeler que cela a également des effets positifs en cas de troubles d’anxiété. En plus, en facilitant la digestion, le péristaltisme est activé ce qui facile la digestion. Ainsi, le fameux coup de barre du retour de la pause déjeuner est nettement diminué.  

A. Pour prévenir les risques musculosquelettiques

Pendant de nombreuses années, les recommandations ergonomiques préconisaient la qualité de l’assise et l’adaptation des écrans d’un poste de travail.  Il est vrai que les fauteuils et autres sièges de bureau, communément appelés assises, sont encore jusqu’à présent des outils de travail prépondérants.

Les fabricants d’assises ont redoublé d’innovations depuis de nombreuses années pour rendre les produits toujours plus confortables, toujours plus ergonomiques, toujours plus fonctionnels et toujours plus pratiques pour faciliter leurs usages et ainsi contribuer à réduire les risques musculosquelettiques.

Or ces innovations ont un prix, qui peut être relativement élevé en fonction du degré de technicité des modèles présents sur le marché. Certains modèles peuvent atteindre des tarifs supérieurs à 2 000 € TTC.

Ceci étant, les fauteuils de bureau sont devenus au fil du temps la première préoccupation et le premier investissement en termes de mise en disposition d’un environnement de travail adapté.

A ce titre, on convient parfaitement que les fauteuils de bureau sont essentiels. Et que les dernières innovations comme les tabourets et autres selles sont un équipement indispensable à un projet de création de poste de travail idéal.

Le bureau Assis Debout, par le fait de contribuer au changement de positions, se révèle être un équipement indissociable d’une bonne assise.

Car si les sièges ergonomiques permettent de trouver rapidement une bonne posture en position assise, le bureau Assis Debout a l’avantage d’apporter un changement de position. De part ce fait, il évite les positions statiques prolongées qui contribuent fortement à développer les troubles musculosquelettiques. 

  

B. Pour dynamiser la circulation sanguine

La position assise coupe la circulation sanguine ; c’est une évidence scientifique car les membres sont statistiques et le flux sanguin est ralenti. Cela provoque souvent des jambes lourdes pour les conséquences les plus bénignes, mais peut également entraîner des risques de santé plus graves, comme nous avons pu le voir précédemment.

En se mettant debout grâce à un bureau Assis Debout réglable en hauteur, on stimule la circulation sanguine. En quelques mots, avoir un bureau Assis Debout, c’est tout bon pour la circulation sanguine.

Ceci étant, la position debout intense peut aussi provoquer la sensation de jambes lourdes. Nous ne le dirons jamais assez, mais la bonne pratique d’utiliser un bureau Assis Debout est l’alternance des positions et ce, chacun à son rythme.

Pour ceux et celles qui aiment travailler longtemps en position debout, il existe des tapis-anti fatigue ergonomiques, qui se positionnent sous les pieds. D’une densité modérée, un tapis anti-fatigue ergonomique est moins dur que le sol, mais si ce dernier est équipé d’un tapis de décoration moelleux. Ainsi, grâce à cette semi-fermeté qu’offre le tapis anti-fatigue ergonomique, les pieds ne sont plus compressés (il n’y a plus d’effet d’écrasement) et ainsi, le retour de sang est favorisé. 

C. Pour prévenir et soulager le mal de dos

L’usage d’un bureau Assis Debout prévient et soulage le mal de dos. Il est entendu que cela ne guérit pas le mal de dos ; il est recommandé de faire appel à un médecin spécialisé ou à un kinésithérapeute si l’on souffre intensément de mal de dos.

Ceci étant le fait de pratiquer une activité physique régulière, comme le permet le bureau Assis Debout, est une solution non médicamenteuse, car cela favorise le maintien d’un bon positionnement de la colonne vertébrale

En se tenant en position assise, nous avons tendance à avoir un dos bombé et penché. Le dos est ainsi arrondi et s’il garde cette position de façon permanente, cela augmente considérablement le risque d’avoir mal au dos.   

De plus, lorsque l’on est en position assise, il convient de se tenir droit et de régler la hauteur de son siège par rapport au bureau. Dans ce cas précis, le bureau Assis Debout propose un avantage indéniable, qui est celui d’adapter également la hauteur de son plateau. Parce que lorsque l’on mesure 1,60m ou 1,90m, la hauteur du poste de travail doit être naturellement adaptée.

En complément, lorsque nous sommes assis, nous avons tendance, du moins surtout les femmes, à croiser les jambes. C’est depuis très longtemps perçu comme une position élégante. Pourtant, par ce mouvement, la colonne vertébrale est déséquilibrée de façon significative. Elle vrille afin de compenser la mauvaise posture et ainsi, cela contribue à augmenter les douleurs lombaires. 

D. Pour prévenir de la surcharge pondérale

Parce que l’activité physique même modérée est un indispensable au quotidien, le bureau Assis Debout permet de prévenir et limiter la surcharge pondérale, qui est le résultat entre un déséquilibre entre la consommation de calories et la dépense énergétique.

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, il faut compter qu’entre 18 et 60 ans, une femme a un besoin énergétique quotidien entre 1 800 et 2 200 calories et pour un homme, ce besoin est compris entre 2 400 et 2700 calories.

Le « European Journal of Preventive Cardiology » a publié une étude que les femmes en position debout ont une dépense calorique de 0,1 calories par minute et pour les hommes, cette dépense s’élève à 0,19 calories par minutes.

Cela peut paraître peu, mais le magazine TOP SANTE a informé qu’en travaillant au moins 6 par jour en position debout, un individu peut perdre en moyenne perdre jusqu’à 2,5kg par an. Ou du moins, à défaut de perdre ces 2,5 kg, ce sont des kilos qui ne sont pas pris.

 

3. Un bureau Assis Debout est le Graal de l’aménagement des espaces de travail

Il est vrai que depuis quelques années, l’aménagement des espaces de travail connait un tournant dans la conception et l’équipement des lieux de travail. Ce phénomène est induit par les préoccupations désormais majeures des entreprises pour attirer et retenir les talents, favoriser les échanges intergénérationnels, créer une communauté forte et engagée au sein de l’entreprise.

Le bureau Assis Debout se présente comme une réelle révolution car il présente de nombreux avantages pour les entreprises et pour les télétravailleurs qui les adoptent.

Il devient l’avenir des postes de travail, tout du moins en France, puisque comme nous l’avons vu par ailleurs, de nombreux pays l’ont déjà largement adopté. Il faut savoir que le bureau Assis Debout est désormais la norme dans les pays scandinaves et les pays d’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada).

Nos voisins européens ne sont pas en reste puisqu’en Allemagne ou encore au Danemark, la majorité des projets d’aménagement d’espaces de travail commande systématiquement des bureaux Assis Debout.

Pourquoi un tel engouement ? C’est parce que le bureau Assis Debout permet de réaliser un Retour sur Investissement (R.O.I) évidant car il impacte plusieurs indicateurs : 

A. Baisse le coût d’absentéisme

L’absentéisme est défini comme une incapacité physique à être au travail. Le taux, ainsi que le coût d’absentéisme est tout à fait mesurable : il s’agit du ratio de nombre d’heures absentes par rapport au nombre d’heures théoriques de travail.

En France, Le Figaro a informé en août 2019 au travers d’une étude du cabinet Gras Savoye Willis Towers Watson qu’il existe une forte augmentation du taux d’absentéisme et notamment dans le privé. De telle sorte que ce sont plus de 4 salariés sur 100 dans le secteur privé absents chaque jour.

En complément une étude de l’Institut Sapiens a mesuré qu’au-delà du nombre d’heures perdues, l’absentéisme avait un coût caché de plus de 108 milliards d’euros par an aux entreprises françaises (soit 4,7% du PIB de la France), dont 99% sont le fruit du management et des mauvaises conditions de travail.

L’absentéisme trouve ces origines dans plusieurs facteurs dont notamment les conditions de travail, le contenu du travail, et le rapport au travail remis en cause notamment par Julie De Funes dans son livre « Socrate au pays des process ».

Il existe de nombreuses façons de remédier ou du moins diminuer les effets de l’absentéisme. Chaque entreprise doit savoir trouver ce qu’il lui convient le mieux, mais si les conditions de travail sont un des facteurs prépondérants, cela sous-entend que l’environnement de travail est l’un des critères.

A ce titre, le bureau Assis Debout a pour bénéfice majeur l’amélioration de la santé, et donc de la capacité physique à être au travail. 

B. Augmente la productivité

L’utilisation de bureaux Assis Debout au sein d’équipes en entreprise peut augmenter la productivité de plus de 45%.

C’est en 2016 que le journal "IIE Transactions on Occupational Ergonomics and Human Factors" a publié une étude à ce sujet. L’objectif était de mesurer de façon comparative, la productivité des utilisateurs de bureaux Assis Debout (réglables en hauteur) et ceux de bureaux traditionnels (fixes).

Lors de cette étude, ce sont plus de 160 opérateurs d'un centre d’appels qui ont testé pendant 6 mois l’usage des bureaux Assis Debout.

Les résultats sont sans précédent. Alors que les opérateurs équipés en bureaux Assis Debout passaient 72% de leur temps de travail en position assise, contre 91% de leurs confrères, cet état de fait a impliqué que la production s’élevait au fur et à mesure du temps, passant de 23% dès le premier mois, à 53% au bout de 6 mois

C. Permet de réaliser des économies

L’acquisition d’un bureau Assis Debout est un investissement plus coûteux qu’un bureau traditionnel, c’est-à-dire un bureau à hauteur fixe. C’est tout à fait normal car il ne s’agit pas du même produit et ce notamment, par le système d’élévation apporté au bureau qu’il soit manuel ou électrique.

Ainsi, on peut observer à ce jour qu’un bureau Assis Debout individuel en France peut coûter entre 150 € HT et 2 800 € HT. Cette fourchette s’explique d’une part par le niveau de qualité du bureau réglable en hauteur et d’autre part, par le niveau de technologie embarquée.

Mais c’est certainement jusqu’à présent l’investissement le plus rentable pour une entreprise afin de créer un environnement de travail ou « setup » des plus performants.

Les économies réalisées sont mesurables dès le 1er mois d’installation de bureaux Assis Debout sur plusieurs indicateurs comme vu précédemment à savoir la baisse d’absentéisme et la hausse du taux de productivité

D. Améliore les conditions de travail

Assis, on subit son environnement. Debout, un sentiment d’ubiquité et de liberté est favorisé.

En France, il existe des instituts dédiés aux risques professionnels et qui par le biais d’études scientifiques et de terrain permettent d’informer et de préconiser des mesures pour concevoir des environnements de travail adaptés aux différents métiers exercés en France.

Parmi les différentes mesures préconisées, il y a celles dédiées à la configuration des bureaux, et de façon plus individuelle au matériel utilisé dans le cadre d’un bureau individuel (fauteuil, distance écran, position des bras, etc.)

Ces mesures sont réglementées et à la charge de l’employeur. En effet, ce dernier doit mettre à disposition de ces salariés un environnement de travail adapté.

Le "corps humain est programmé pour bouger", ce sont les mots du célèbre Professeur François CARRE.

Et c’est à chaque journée passée qu’il est important de faire un minimum d’activité physique. Ce sont les positions permanentes et sans mouvement qui produisent sur du long terme des troubles de santé.

Toutes les personnes qui travaillent dans un environnement de bureau doit rechercher une position de prévention et indolore

E. Favorise la concentration

Lorsque nous sommes en position debout, la concentration est plus importante car l’esprit est moins enclin à vagabonder.

Selon le blog Slate, un médecin a réalisé une étude auprès de 300 jeunes enfants. Le résultat est que le niveau d’attention des élèves a progressé de 12% par rapport à ceux qui utilisent un bureau de type pupitre.

Ainsi, l’utilisation de bureaux Assis Debout permettraient d’augmenter les fonctions neurocognitives de 7 à 14%. Ce qui est nécessaire à favoriser la concentration.

Lorsque l’on parle d’un gain de performance dans l’utilisation régulière d’un bureau Assis Debout, c’est lié au fait que le cerveau et le corps changent régulièrement de position pour ainsi maintenir un éveil caractérisé de la concentration et de l’analyse.

Ainsi, les problèmes de motivation liés au stress permanent et à la fatigue physique sont atténués, ce qui contribue à favoriser la concentration et donc la qualité de travail. 

F. Favorise la cohésion d’équipe

Debout, on prend de la hauteur dans tous les sens du terme. Que soit dans les échanges avec les autres, dans que dans les réflexions.

Cela n’est pas sans rappeler la convivialité que l’on peut retrouver au comptoir d’un bar. L’usage du bureau Assis Debout favorise les interactions entre les individus.

De plus, parce que le bureau Assis Debout améliore la santé physique, cela induit que les équipes sont en meilleur forme également sur le plan mental.

Ainsi, les membres des équipes sont plus disposés à échanger avec entre eux. Et c’est dans les échanges que se renforce la cohésion d’équipe.   

G. Dynamise les réunions et les écourte

Beaucoup d’entre nous, de part leurs métiers et leurs activités, doivent participer à des réunions de présentation ou de travail. Au fil du temps, les réunions sont devenues des moments "pénibles" car elles ont tendance à durer longtemps.

En juin 2017, OpnionWay a publié un sondage qui indiquait que les Français passaient en moyenne plus de 4,5 heures par semaine en réunion et que 52% des participants estiment les réunions inutiles. Pour ce qui ont vécu cette expérience, il n’est pas rare que voir cette majorité de participants effectuaient pendant la réunion une toute autre activité que celle de participer de façon dynamique à la réunion. On prend l’exemple de ceux qui regardent leur smartphone ou travaille sur leur ordinateur portable.

Pour résumer, la France est en crise d’une "réunionite aigüe" depuis plusieurs années, et ce probablement de façon plurifactorielle. A ce jour, de nombreux speakers dénoncent l’excès de réunion, l’absence de méthodologie d’organisation de réunion ou encore les faiblesses d’un management dit "à la française". Quoiqu’il en soit, il est évident que certaines réunions sont nécessaires et contribuent au bon fonctionnement d’un projet, d’une équipe, d’une entreprise.

Le bureau Assis Debout ne prétend pas résoudre ce phénomène, mais il contribue à améliorer considérablement la qualité des réunions.

D’une part, lors que les participants sont debout, ils sont naturellement plus dynamiques et ainsi, mieux disposés à échanger avec leurs pairs.

D’autre part, le fait de devoir collectivement décider la position de travail contribue à favoriser la cohésion du groupe des participants. A ce titre, les passages de position assise en position debout et vice versa opérés durant une réunion, apporte un changement qui dynamise la réunion.

Ainsi, le premier résultat constaté est que les réunions sont plus courtes et plus productives car les participants entrent dans une dynamique de groupe, objet prépondérant de toute réunion. 

 

4. Un bureau Assis Debout est facile à adopter

A. Que signifie le terme « bureau Assis Debout » ?   

Les bureaux Assis Debout Réglables en Hauteur ont été inventés pour permettre l’alternance des positions assises et des positions debout.

Pour les puristes de la langue française, certains l’écrirons "Bureau Assis/Debout" ou "Bureau Assis-Debout".

C’est parfois difficile d’identifier précisément de quel type de bureau on parle, tant les nominations sont nombreuses.

Pour en citer quelques-unes, on retrouve le plus courant du temps les nominations suivantes : "bureau ajustable", "bureau ajustable en hauteur", "bureau électrique", "bureau réglable en hauteur", "bureau surélevé", "standing desk", "bureau qui descend et qui monte", "bureau assis debout", et on parle parfois de "piètement", de "structure de pieds" ou de "table" (avec tous adjectifs nécessaires "piètement ajustable", "table assise debout", "table ajustable", etc.

Quelque soit le nom que l’on donne, le bureau Assis Debout se définit comme un bureau qui permet de régler la hauteur du plateau via un système élévateur, et ce afin d’alterner les positions Assises et Debout

B. Quels sont les types de bureau Assis Debout disponibles ?

Il existe plusieurs types de bureau Assis Debout :

  • Les bureaux réglables en hauteur à manivelle: Ce sont des bureaux dont le système d’élévation est manuel et ne nécessite pas un branchement électrique.
  • Les bureaux réglables en hauteur électriques simple moteur: Le système d’élévation est composé d’un moteur, souvent positionné dans un « pied maitre » et qui est relié par un arbre de transmission dans un pied dit « esclave ». En tant que bureau électrique, il nécessite un branchement sur une prise de secteur. Son principal bénéfice est qu’il permet de mettre en mouvement le bureau sans effort, et quel que soit le poids du plateau.
  • Les bureaux réglables en hauteur électriques double moteur: Le système d’élévation comprend deux moteurs positionnés à chaque pied. Par rapport à un bureau qui comprend un seul moteur, la capacité de charge est plus élevée et la vitesse de mouvement est plus rapide.
  • Les bureaux réglables en hauteur électriques triple moteur: Le système d’élévation comprend trois moteurs positionnés à chaque pied. Ces bureaux sont utilisés pour des bureaux nécessitant des surfaces de travail plus importantes comme les bureaux en angle ou les tables de réunion.
  • Les tablettes réglables en hauteur de bureau : Il s’agit de supports électriques ou manuels que l’on pose sur un bureau déjà existant. Ces tablettes permettent d’utiliser la fonction de mouvement sans avoir à changer un ensemble complet de bureau. 

C. Quels critères pour acquérir un bureau Assis Debout ?

Le choix d’acquérir un bureau Assis Debout dépend surtout d’une volonté de se faire du bien et de prendre soin de sa santé physique et mentale.

Parmi les types de bureaux Assis Debout, il est nécessaire qu’ils s’adaptent à tous : enfants, adultes et personnes en situation de handicap.

Cependant, 3 questions essentielles peuvent se poser :

  1. Quel est mon espace de travail disponible ?

Selon la pièce dans laquelle vous travaillez, quelle est la surface de travail disponible pour définir la taille du plateau et est-ce qu’il y a ou pas de prise électrique pour accueillir éventuellement un bureau Assis Debout électrique.

  1. Quel est mon usage ?

L’intensité d’utilisation d’un bureau Assis Debout est important à définir. Si le bureau Assis Debout accueille un travail de loisir ou quelques jours de télétravail par semaine, il n’est pas nécessaire de choisir un bureau Assis Debout très performant (Manuel ou Electrique à un moteur, tablette).

Si c’est pour un usage professionnel, il convient de choisir un bureau Assis Debout plus performant, c’est-à-dire avec deux ou trois moteurs.

L’intensité d’utilisation se définit comme telle :  

  • Occasionnel : Moins de 5 heures par jour / 2 à 3 jours par semaine
  • Intensif : Plus de 8 heures par jour / tous les jours
  1. Quel est mon budget ?

Le coût d'acquisition d'un Bureau Assis Debout est supérieur à un bureau traditionnel. Cette différence de prix s'explique notamment par la technicité embarquée dans le système d’élévation du bureau Assis Debout. (manuel ou électrique)

Les coûts de recherche et développement réalisés afin d’obtenir des fonctionnalités de confort à l'usage et plus particulièrement sur la vitesse de mouvement et niveau sonore.

Ainsi, le choix d’un bureau Assis Debout doit prendre en compte son budget. 

D. Existe-t-il des recommandations d’utilisation ?

A ce jour, il n’existe pas de recommandations d’utilisation particulières.

D’ailleurs, aucune étude scientifique recommande une répartition de temps idéale entre la position assise et la position debout. Que l’on passe 25%, 50% ou 75% en position debout, ce qui est le plus important, c’est de se mettre debout de temps en temps, en fonction de ses capacités et de ses prédispositions physiques.

Selon le monde médical, ce qui est le plus important est l’alternance des positions. En fait, le bénéfice n’est pas de rester debout de façon permanente (et bien sûr encore moins de rester assis). Tout le secret est donc dans l’alternance des positions assises et debout durant la journée de travail.

La meilleure des recommandations est sans nul doute de changer régulièrement de positions et surtout de ne pas rester assis en continu.

 

 

SITTING IS THE NEW SMOKING

AUM WORLD, Je Change Mon Bureau.